De retour à Chouettes et hiboux

Chouette effraie des clochers

52,00 

Chouette sculptée en hêtre, serres en fil de cuivre de 0,1 mm de diamètre. L 36 mm, l 20mm, h 60 mm

Plus que 1 en stock

Description

Effraie des clocherseffraie-clochers-pw

QUELQUES MESURES :
L : 32-40 cm
Env : 75-110 cm
Poids : variable selon la distribution. Depuis 187-455 g en Europe et en Afrique, jusqu’à 400-700 g en Amérique du Nord, et 555-610 g en Malaysie.

DESCRIPTION :

L’Effraie des clochers est une chouette de taille moyenne, munie de longues ailes et avec une tête bien distincte.
L’Effraie des clochers a les parties supérieures brun clair, tachetées de noir et de blanc. Les ailes arrondies et la queue courte sont blanches ou brun très clair, et sont couvertes d’un plumage duveteux. Les parties inférieures sont blanc grisâtre. Les longues pattes blanches sont légèrement emplumées, jusqu’aux doigts gris.
La tête est grande, avec des disques faciaux formant un cœur blanc, bordé de brun clair. Il n’y a pas de touffes auriculaires. Les yeux sont foncés au contraire des autres hiboux. La zone frontale est d’un blanc pur. Le bec est crochu et clair.
La femelle est plus grande que le mâle.

 

HABITAT : 

L’Effraie des clochers vit dans des zones découvertes, cultivées, avec des arbres clairsemés, des arbustes et des haies, de vieilles bâtisses, granges, étables, ruines et clochers. Elle chasse le long de la lisière du désert et dans les canyons.

COMPORTEMENT :

L’Effraie des clochers se nourrit principalement de rongeurs, surtout la nuit. Elle traverse les champs en vol silencieux, et quand une proie est localisée, elle la saisit avec ses longues serres. Elle l’avale entière, les os, le crâne et tout le reste. Elle rejette des pelotes comprenant les parties indigestes, au dortoir ou près du nid.
L’Effraie des clochers peut localiser le rongeur faisant de petits bruits dans l’herbe tandis qu’elle volète au-dessus du sol. Les sons sont collectés et portés vers les oreilles par les disques faciaux, comme une parabole. Les plumes duveteuses permettent à l’oiseau d’être silencieux tandis qu’il vole à travers champs, à environ 1,5 à 4,5 mètres du sol.
L’Effraie des clochers est solitaire ou trouvée en couples. C’est un oiseau nocturne, dormant dans des cavités pendant le jour. Elle est sédentaire.
Pour défendre le territoire et le nid contre un prédateur, l’Effraie des clochers déploie ses ailes et les incline vers l’intrus. Ensuite, elle penche la tête d’avant en arrière. Tandis qu’elle effectue cette parade menaçante, elle émet des sifflements et claque du bec, avec les yeux révulsés. Si l’intrus insiste, elle lui tombe dessus et le frappe avec ses pattes.
L’Effraie des clochers est monogame, avec des liens permanents dans le couple. La parade nuptiale comprend des vols effectués par le mâle, accompagnés de cris, et des poursuites de la femelle par le mâle. Le mâle effectue Effraie des clochers aussi des “vols de phalènes” en face de la femelle, voletant avec les pattes pendantes pendant plusieurs secondes. Les accouplements ont lieu pendant la recherche du site du nid, et continuent en intensité moindre pendant l’incubation et l’élevage des jeunes.
A niché au moulin jusqu’à la réfection du grenier.

REPRODUCTION : 

Le nid est un tas de terre avec de la paille. Il est établi sur une avancée, dans une grange ou un bâtiment tranquille, parfois dans un trou d’arbre. Le nid est tapissé de morceaux de pelotes de réjection par la femelle.

La femelle dépose 4 à 7 oeufs, à raison d’un œuf tous les deux ou trois jours (parfois jusqu’à 18 oeufs). L’incubation dure environ 29 à 34 jours, assurée par la femelle nourrie par le mâle. Les poussins sont nidicoles. La femelle les couve et les nourrit pendant environ 25 jours. Le mâle apporte de la nourriture au nid, mais la femelle seule nourrit les petits. Elle déchire la nourriture en petits morceaux. Les deux parents nettoient le nid.
Les jeunes quittent le nid à l’âge de 50 à 70 jours, effectuant ainsi leur premier vol. Ils retournent au nid pour dormir pendant encore 7 à 8 semaines. Ils deviennent indépendants au bout de 3 à 5 semaines après leur premier vol.

PREDATEURS :

Les principaux prédateurs de l’Effraie des clochers sont la fouine (surtout pour les œufs et les jeunes), l’hermine, le chat et le renard.

 

MENACES (Wikipedia) : 

La disparition des prairies et des haies boisées du fait du remembrement nuit à l’Effraie car cela engendre la disparition des rongeurs qui constituent la base de son alimentation. La suppression des haies est aussi responsable des accidents avec les automobiles car les haies obligeaient l’Effraie à voler plus haut aux abords des routes.

De même la pose de grillage contre les pigeons sur les clochers et la démolition des vieux bâtiments suppriment de nombreux sites de nidification pour l’Effraie.Les populations d’Effraie ont été affectées par les pesticides employés depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale (près de 100 000 tonnes par an en France). Ainsi les organochlorés comme le DDT utilisé dès 1943 et interdit dans les pays industrialisés au début des années 1970, le lindane, l’aldrine et la dieldrine ont un impact maximal au sommet de la pyramide alimentaire. Chez les Effraies outre des taux impressionnants de concentration dans le sang et les organes, l’épaisseur de la coquille des œufs s’amincit et cela met en péril les couvées.

L’Effraie des clochers peut également s’électrocuter avec des fils électriques, l’électrocution représente selon les pays de 2 à 8 % de la mortalité de l’Effraie. Elle peut aussi entrer en collision avec des fils barbelés ou se noyer dans les abreuvoirs métalliques. Elle peut aussi se retrouver coincée dans les cheminées de nos habitations comme dans un piège.

PROTECTION (LPO) :

L’Effraie des clochers bénéficie d’une protection totale sur le territoire français depuis l’arrêté ministériel du 17 avril 1981 relatif aux oiseaux protégés sur l’ensemble du territoire. Il est donc interdit de la détruire, la mutiler, la capturer ou l’enlever, de la perturber intentionnellement ou de la naturaliser, ainsi que de détruire ou enlever les œufs et les nids et de détruire, altérer ou dégrader leur milieu. Qu’elle soit vivante ou morte, il est aussi interdit de la transporter, colporter, de l’utiliser, de la détenir, de la vendre ou de l’acheter.

SYMBOLIQUE (Wikipedia) :

L’Effraie est à la base de nombreuses légendes et d’histoires de fantômes. En effet, par ses chuintements, les cris stridents, son vol fantomatique et ses cavalcades dans le grenier qui lui sert de gîte, tout accréditait une présence spectrale. Au Moyen Âge, la chouette était le symbole de l’hérésie. Elle apparaît ainsi environ 40 fois dans les œuvres de Jérôme Bosch dont dans Tentation de Saint-Antoine (elle est peinte sur la tête du personnage qui suit saint Antoine). Cette mauvaise réputation de la « dame blanche » lui a valu d’être clouée sur les portes des granges qu’elle habitait, une pratique qui était censée protéger des orages, chasser la maladie, conjurer le mauvais sort et faire peur aux autres chouettes. Cette mauvaise réputation est attestée par Buffon en 1780 qui écrit à propos de l’Effraie :

« Elle pousse différents sons aigres, tous si désagréables, que cela, joint à l’idée du voisinage des cimetières et des églises, et encore à l’obscurité de la nuit, inspire de l’horreur et de la crainte aux enfants, aux femmes, et même aux hommes soumis aux même préjugés et qui croient aux revenants, aux sorciers, aux augures: ils regardent l’effraie comme l’oiseau funèbre, le messager de la mort ; ils croient que quand elle se fixe sur une maison, et qu’elle y fait retentir une voix différente de ses cris ordinaires, c’est pour appeler quelqu’un au cimetière »

http://www.oiseaux-birds.com/fiche-effraie-clochers.html

Avis

Il n’y pas encore d’avis.

Soyez le premier à laisser votre avis sur “Chouette effraie des clochers”

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous aimerez peut-être aussi…

hibou moyen duc
Hibou moyen duc
Hibou sculpté en hêtre puis verni. Support en chêne L 30mm,l 31mm, h 54 mm. Peut faire partie d'une collection.
52,00  Ajouter au panier
Hibou grand duc
Hibou grand duc
En hêtre, sculpté dans la masse. Sculpté plume par plume, puis verni. Socle en chêne. Serres en fil de cuivre de 1mm d'épaisseur. Décoration ramassée sur l'estran en Manche.L 64 mm, l 40 mm, h 40 mm.  
52,00  Ajouter au panier
Hibou des marais
Hibou des Marais
Pièce en hêtre, vernie, sur socle en granit rose de Fermanville (Manche) ou sur support chêne. Serres de 1 mm de diamètre en fil de cuivre.  L 40 mm, l 23 mm, h 50 mm.
52,00  Ajouter au panier
Chouette chevêche
Chouette chevêche
Dimensions : L 56 mm, l : 24 mm, h : 52 mm. Chouette chevêche d'Athéna, sculptée en bois de hêtre, les serres sont en fil de cuivre de 0,7 mm de diamètre. Deux versions possibles soit sur support granit, soit sur écorce. Peut faire partie d'une collection, nous avons plusieurs chouette et hiboux dans notre catalogue. Explications sur la vie de l'oiseau en cliquant ici. Chouette chevêche Vous pouvez être tenus au courant de nos actualités en recevant notre newsletter, inscription ici : [wysija_form id="1"]
46,00  Ajouter au panier
Hibou petit duc
Hibou petit duc
Petit duc en hêtre sculpté plume par plume puis verni. Socle en chêne ou sur une branche d'arbre. L 30mm, l 21mm, h 54 mm. Serres en fil de cuivre de 1 mm de diamètre.
52,00  Ajouter au panier
Chouette Harfang
Chouette Harfang des neiges
Chouette en hêtre sculptée dans la masse, serres en fil de cuivre de 1mm de diamètre. Il existe une version sans serres et nature (sans vernis). Dimensions des pièces :
  • Mâle : L 40 mm, l 50 mm, h  24 mm,
  • Femelle L 50 mm, l 94 mm, h 14 mm.
52,00  Ajouter au panier
Chouette épervière
Chouette épervière
Chouette en hêtre, sculptée plume par plume, puis  vernie. Posée sur une branche. Cliquer sur l'image pour la voir en entier. Dimensions : L 56 mm,l 52 mm, h 24 mm.
46,00  Ajouter au panier
Chouette Tengmalm
Chouette de Tengmalm
Chouette en hêtre, garniture en granit rose. Perchée sur une branche. Veuillez cliquer sur l'image pour la voir en détail.
46,00  Ajouter au panier